Rétro.

 Avant tout, blâmez-moi, je fus longue à la détente ! Vous savez quoi ? Qu’il est bon de ne plus devoir se coiffer le matin ! Bye-bye brosse, laque et sèche-cheveux ! Dix minutes de gagné… ridicule quand on sait qu’une heure et trente minutes me sont nécessaires chaque matin pour me préparer…

Rassurez-moi, vous mettez autant de temps, n’est-ce pas ?

Sur ce, les photos comme promis ! Inutile de préciser que l’inspiration Jean Seberg fut là : douceur; élégance; naturel et simplicité furent les maîtres-mots de la séance (du moins spirituellement). Les choses simples sont parfois les meilleures, pas vrai ?

Voilà donc à quel stade capillaire je me trouve. Pour les curieux, sachez juste que je suis passée de la longue chevelure à la « Morticia Adams » (j’aime cette comparaison) à cette coupe en seulement six mois, étape par étape. Oui six mois, le dix-neuf Avril précisément.

« Non ma fille, tu ne te couperas point les cheveux, tu serais trop commune.»

Tel est ce que j’ai enduré dans ma jeunesse jusqu’au jour où, lasse de ma tignasse, j’ai sauté le pas comme on dit. Mi-longueur aux épaules puis à la nuque, petit carré déstructuré ensuite, et me voilà en mode garçonne pour compléter la panoplie… Puis-je faire plus court ? Oui certainement, mais rassurez-vous, je mets un terme à mes folies capillaires… Pour être honnête, je commence à regretter un peu ma longueur qui m’a suivi durant tant d’années…